Focus

Les supporters de la MLS suivent attentivement la course contre la montre de Chris Wondolowski afin de battre le record de buts inscrits en carrière en MLS (plus qu’un but de retard sur le record de Landon Donovan). Entre-temps, une autre légende du circuit nord-américain continue de gravir les marches de ce classement honorifique. Classé sixième de tous les temps avec 112 buts inscrits en 314 matchs disputés à deux buts de la cinquième position (voir classement plus bas), Kei Kamara (34 ans) est-il reconnu à sa juste valeur en Amérique du Nord? Focus.

Ses débuts :

Le jeune Kamara s’installe aux États-Unis avec sa famille en tant que réfugié en provenance du Sierra Leone. Afin de faciliter son intégration au pays de l’Oncle Sam, il se joint à un club local de soccer avant d’évoluer au sein des Dominguez Hills de la California State University. Après un passage de deux ans en PDL, le sierra-léonais est choisi par le Crew de Columbus à la 9ème position lors de la MLS SuperDraft en 2006 tout juste après de grands joueurs comme Dax McCarty et Sacha Kljestan mais bien avant Jozy Altidore, Dominic Oduro ou Jonathan Bornstein repêchés la même année. Kamara dispute deux saisons avec le Crew de Columbus où il marque 5 buts en 36 apparitions avant qu’il ne soit échangé aux Earthquakes de San Jose en fin de saison 2008. L’attaquant du Sierra Leone ne parvient toujours pas à impressionner en MLS à cette époque. Maladroit devant le but, il ne fait que 12 apparitions sous la tunique des Earthquakes pour une production famélique de 2 buts avant d’être échangé à nouveau un an plus tard au Dynamo de Houston où ses prestations étaient un peu plus convaincantes avec 12 buts en 46 matchs dont un doublé au Mexique face aux Pumas en ligue des champions CONCACAF (4-4).
Évoluant au sein du club champion de la MLS Cup en 2008, Kamara profite de la visibilité de son club et représente pour la première fois son pays natal en compétition internationale. Avec le Sierra Leone, il dispute 27 matchs pour 4 buts en date d’aujourd’hui.
Malgré cela, le Dynamo décide d’échanger l’attaquant longiligne aux Wizards de Kansas City (dont le nom change en 2010 pour le Sporting Kansas City) en fin de saison 2009. C’est le début d’une nouvelle aventure en MLS pour Kei Kamara mais cette fois-ci le résultat n’est pas le même! Le sierra-léonais s’illustre au Sporting et inscrit 40 buts en 122 matchs! Lors d’un documentaire sur sa vie réalisé en 2015 (voir la vidéo en anglais ci-bas), Kamara précise que sa rencontre avec sa future épouse qui travaillait pour le club est la raison principale de sa réussite au Sporting. Il devient ainsi un danger absolu pour les défenses adverses et ses performances à Kansas City attisent l’œil avisé des recruteurs européens.

Son exil anglais :

En janvier 2013, Kamara réalise son rêve d’enfant et le rêve de tout un pays en rejoignant en prêt le club anglais de Norwich City qui évolue en Premier League. La ligue anglaise est la compétition de soccer la plus suivie au Sierra Leone et Kei devient le premier joueur sierra-léonais à marquer un but dans l’histoire de cette ligue lors d’un duel face à Everton le 23 février 2013. Malgré son bref passage à Norwich qu’il quitte en juin 2013, son attitude festive sur et en dehors du terrain plait énormément aux supporters qui lui dédient une chanson appelée ‘Heart Shaped Hands’.

L’année suivante, Kamara reste en Angleterre et rejoint le club de Middlesbrough (25 matchs, 4 buts). Ennuyé par une blessure au genou, Kei ne parvient pas à s’imposer au club et n’y reste qu’une seule saison. Kamara dévoile plus tard que le changement de staff au sein du club ainsi que sa blessure ne lui ont pas permis de se sentir chez lui et d’exploser en seconde division anglaise.

Son retour triomphant :

Mal dans sa peau à Middlesbrough, Kamara et le club décident de mutuellement rompre son contrat. Libre comme l’air en aout 2014, Kei revient au club de ses débuts en octobre 2014 au lieu d’accepter une des nombreuses offres en provenance d’autres ligues plus exotiques. Inéligible pour le Crew de Columbus pour l’année 2014 (il signe après la dernière fenêtre des transferts), Kamara s’impose comme un des meilleurs buteurs de la MLS en 2015! Co-meilleur buteur de la ligue avec 22 buts, l’attaquant sierra-léonais se fait appeler ‘The Headmaster’ pour son excellent jeu de tête. Ses excellentes performances permettent au club d’atteindre la finale de la MLS Cup (perdue 1-2 contre Portland) avec un doublé mémorable face à Montréal en finale de la conférence Est (voir vidéo sur la page du site officiel Columbus CrewMontreal Impact Eastern Conference Final).
Fort de son excellente saison 2015, Kamara espère rééditer ses exploits l’année suivante. Malheureusement l’histoire fut de courte durée en 2016 pour le sierra-léonais après la fameuse affaire du penalty-gate. Lors de la réception de l’Impact de Montréal, un penalty est sifflé alors que le score est de 3-1 pour le Crew. Double buteur dans le match, Kamara veut le tirer pour s’offrir le premier coup du chapeau de sa carrière mais son capitaine Federico Higuaín, habituel tireur du club, refuse catégoriquement de lui céder cette responsabilité.

Les dirigeants du Crew ont été forcé de prendre une décision, faut-il se débarrasser du capitaine emblématique du club (au club depuis 2012) ou du meilleur buteur de la saison 2015? Les commentaires virulents de Kamara envers son capitaine en entrevue après le match ont rendu le choix facile et Kamara est échangé au Revolution de la Nouvelle-Angleterre cinq jours plus tard.
Depuis, Kamara continue d’offrir des saisons intéressantes à la pointe de l’attaque. Il marque 21 buts en 59 matchs en deux saisons pour les Revs avant de rejoindre les Whitecaps de Vancouver en 2018 où il réalise une saison honorable avec 14 buts en 27 matchs. Kamara prouve qu’à 34 ans, il est loin d’être fini.

partagez

Comments are closed.