Nouvelles

28 octobre 2018, dernier match de la saison régulière, l’Impact de Montréal s’incline 1-0 en Nouvelle-Angleterre et ne parvient pas à se qualifier pour les séries éliminatoires de la MLS. Depuis ce jour-là, les dirigeants, l’entraineur, les joueurs, les supporters ainsi que les médias ont donné leur version du bilan de la saison 2018. Ces avis ont été différents et variés et les discussions (très intéressantes) autour de la performance du club en 2018 ont été extrêmement animées entre les optimistes, les pessimistes, les réalistes, les rêveurs, les opportunistes et tous les autres. À mon humble avis, le vrai bilan de la saison 2018 dépendra en grande partie de la performance du club en 2019. Explications.

Le fameux plan quinquennal de Joey Saputo saison par saison:

Au terme de la saison 2016 de l’Impact de Montréal, le président-propriétaire du club Joey Saputo a dévoilé son intention de remporter la coupe MLS dans les cinq prochaines années. Optimiste et encourageant après les récents succès de son club en 2016 (finale de la conférence Est perdue face au Toronto FC), Saputo estime que son club va dans la bonne direction. Malheureusement pour lui et pour nous, la saison 2017 a été catastrophique et le plan quinquennal de Saputo a été raillé par tous les acteurs du soccer montréalais. Malgré tout, ce plan reste encore viable et loin d’être utopique après la saison 2018 du bleu-blanc-noir. Ma vision du plan quinquennal de Saputo saison par saison.

2017 : Hommage aux joueurs influents du club depuis 2012

L’Impact décide de garder la même ossature et fait confiance au groupe en place qui avait si bien fait en 2016 en incorporant le milieu de terrain suisse Blerim Dzemaili. Vieillissante et peu en jambes, l’équipe réalise une saison 2017 catastrophique et s’enlise dans les bas-fonds du classement de la conférence Est. Cette saison 2017 symbolise la fin d’un cycle qui nous a fait vivre de très beaux moments (arrivée en MLS, finale de la ligue des champions CONCACAF, finale de la conférence Est et deux titres de champion canadien en 2013 et 2014) ainsi que la dernière saison de deux légendes du club; Patrice Bernier et Hassoun Camara (voir vidéo de l’hommage à Bernier).

2018 : Début d’un nouveau cycle et année de reconstruction

C’est le début du grand chantier! L’embauche de Rémi Garde et de son staff XXL prouve que Saputo ne plaisante pas. L’effectif change drastiquement avec onze nouvelles recrues et douze départs! La mayonnaise tarde à prendre à Montréal et le début de saison est complètement raté (3V-10D en 13 matchs). Le bleu-blanc-noir parvient à se reprendre au début du mois de juin et conclut sa saison 2018 avec une fiche très respectable de 11V-4N-6D. La non-qualification aux séries peut être considérée comme un échec mais la deuxième partie de la saison est encourageante pour la suite des choses.

2019 : Franchir un cap

Selon moi, c’est là que tout se joue! IMFC doit prendre les décisions nécessaires afin de s’établir comme une franchise sérieuse et ambitieuse en MLS. La structure du club doit changer et le club se doit de recruter quelques éléments importants et ça, Saputo a l’air d’avoir enfin compris. Trois gros pas ont déjà été pris par l’Impact :
1- La démission de Braz et la possible abolition du poste de directeur sportif qui donnera un peu plus de flexibilité à Garde.
2- L’embauche de Cremanzidis dans un autre rôle afin de conseiller et guider Garde face aux nébuleuses règles de la MLS.
3- La mise en place d’un partenariat avec Bologne (club qui appartient aussi à Saputo) afin de profiter de la cellule de recrutement du club italien.
D’autres décisions doivent encore être prises selon moi :
1- Le retour du FC Montréal
2- Le recrutement de trois joueurs de qualité (un milieu de terrain box to box, un meneur de jeu ou 10 et un attaquant)
3- Le départ des autres indésirables après ceux de Salazar, Fischer, Béland-Goyette et D. Choinière (Mancosu, Petrasso, Cabrera…)
Si l’Impact parvient à prendre ces décisions ou une grande partie de ces décisions, les chances de voir le bleu-blanc-noir remporter une coupe MLS dans les deux années suivantes doublent instantanément.

2020 et 2021 : L’après Piatti

C’est un secret de polichinelle, Piatti devrait vraisemblablement quitter l’Impact à la fin de son contrat en 2019. Avec une équipe bien construite lors des deux dernières années et si les décisions mentionnées ci-haut ont été prises et menées à bien, le recrutement d’un prodige du ballon rond afin de remplacer Piatti sera beaucoup plus facile. Un joueur du même niveau que l’argentin mais plus jeune fera de l’Impact de Montréal un prétendant assuré au titre de champion lors des prochaines années. Il faudra que Saputo puisse mettre la main à la poche afin d’attirer le talent nécessaire. Notre président l’a fait pour Piatti pendant de longues années. Il l’a aussi fait en recrutant Di Vaio, Nesta, Drogba ou Dzemaili. Pourquoi ne le ferait-il pas de nouveau après le départ de Piatti?

 

 

 

partagez

Comments are closed.